Home > News > Chenille Processionnaire du chêne : gare aux allergies !

Chenille Processionnaire du chêne : gare aux allergies !

La processionnaire du chêne est une espèce de papillon nocturne qui vole entre fin juillet et septembre. Ses habitats de prédilection sont: les chênaies claires, les lisières, les allées et les arbres solitaires.

A cette saison (mai-juin) la chenille est en plein développement.

Le Ministère de la Santé du Grand Duché de Luxembourg met en garde par rapport aux problèmes de santé causés par la processionnaire du chêne. Une réaction allergique peut être déclenchée à cause des poils urticants de la chenille.

 

Comment prévenir les allergies ?

Eviter tout contact avec les poils de la chenille et les nids. Les poils peuvent aussi être transportés par le vent. Le papillon, lui est inoffensif.

 

Symptômes allergiques :

Les principaux signes sont des réactions urticaires lors du contact avec la peau.
Ces signes apparaissent précocement après le contact, entre 1 et 8 heures, mais au plus tard après 24 heures ; sans traitement ils persistent entre 2 jours et 2 semaines.

Si l’oeil est touché on constate une intense conjonctivite, rougeur de l’oeil, photophobie et oedème des paupières. Rarement les poils percent la cornée et causent une kératite.

L’inhalation de poils s’accompagne d’une intense irritation des voies respiratoires avec éternuements, laryngite, pharyngite et bronchite. Ceci s’accompagne souvent de signes asthmatiques.

L’ingestion de poils s’accompagne d’intenses douleurs de la bouche, salivation intense, problèmes de déglutition et éventuellement de douleurs abdominales.

Des réactions systémiques telles que vertiges, nausées, fièvre, frissons, choc anaphylactique, peuvent être observées, surtout après des contacts répétés.

 

Comment soigner les symptomes ?

Les habits sont à enlever et à laver.
Les parties de peau sont à rincer immédiatement avec l’eau de savon, sans y frotter trop fort.
L’urticaire de la peau peut être traitée localement par des antihistaminiques ou des corticoïdes en application locale.
Pour les réactions asthmatiques des voies respiratoires, bronchodilatateurs et/ou corticoïdes par inhalateur peuvent être nécessaires.

Les réactions sévères nécessitent une hospitalisation et un traitement par corticoïdes ou antihistaminiques.

Cet article est un extrait de la note d'information du Ministère de la Santé du Grand Duché de Luxembourg.

Téléchargez également la brochure d'information à propos de la processionnaire du chêne